Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

La femme d’Arthur Kenneth Elliot, un médecin australien de 85 ans, détenu depuis janvier 2016 au Sahel par des groupes djihadistes a lancé, dans une nouvelle vidéo postée sur les réseaux sociaux, un message s’adressant à son mari et a ceux qui le détiennent.

«A mon mari notre père et grand-père, nous disons de nouveau que nous t’aimons et apprécions toutes tes prières et toutes tes attentions», a commencé Jocelyn Elliot. 

«Je m’adresse à vous qui détenez mon mari dont la tâche est restée inachevée. Pourtant, je vous parle avec l’humilité d’un grain de sable, alors que nous  vivons tous ensemble dans le monde cette période mortelle. Je sais que vous faites face à des défis quotidiens dans votre pays. Mais c’est aussi un endroit où nous avons entendu des commentaires sur Ken et son service aux autres. Vous savez que vous tenez entre les mains la vie de quelqu’un qui nous est très précieux à ma famille et à moi et dont on vous a donné le contrôle», a-t-elle poursuivi. 

Mme Elliot a remercié les ravisseurs pour l’attention portée à son époux, pendant qu’il soigne ceux qui en ont besoin.

Elle les a cependant supplié de le libérer, lorsqu’ils «jugeront bon de le faire». En filigrane, elle rappelle le grand âge de son mari, son dévouement, et évoque déjà l’héritage qu’il laissera.

Ce 22 mai 2020, cela fait exactement 1589 jours, soit plus de quatre an, que le Dr Ken Elliott a été enlevé à Djibo, dans le Sahel du Burkina Faso. Le 12 novembre, ce médecin australien naturalisé burkinabè en 2016, a eu 85 ans

Il a été pris en otage en janvier 2016 avec sa femme, qui a été relâchée un peu plus tard. 

En janvier dernier, le journal burkinabè, L'Evènement révélait que le Dr Elliott a été enlevé par instructions de Iyad Ag Ghali, chef du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) au Mali, un groupe qui a prêté allégeance à Al-qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Il aurait été enlevé pour enseigner la médecine aux combattants du GSIM et était, à l'époque, détenu dans la région de Mopti, au Mali, avec une vingtaine d'hommes armés commis à sa garde, selon nos confrères. 

Selon des informations de RFI, les négociations sont au point mort et l’homme affaibli aurait commencé à perdre la vue.

Kenneth Elliot s’est installé depuis 1972 dans la localité de Djibo où il officiant en tant que chirurgien et responsable de la clinique qu’il a fondée. Avec sa femme, il s’était engagé dans les actions humanitaires.