Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Ceci est une déclaration de la Commission nationale des droits humains (CNDH) sur l’attaque de l’église paroissiale de Dablo qui a fait six morts dont le vicaire qui célébrait la messe dominicale. Elle invite donc le gouvernement « à rechercher les auteurs de ces différents actes et à les punir à la hauteur de leur forfait ».

C’est avec une profonde consternation que la Commission nationale des droits humains (CNDH) a appris l’attaque perpétrée le dimanche 12 mai 2019, par des individus armés non identifiés contre une église catholique dans la commune de Dablo, province du Sanmatenga causant le décès de six (6) personnes dont le prêtre.. La CNDH  condamne sans réserve cette énième attaque dirigée contre des leaders et des membres de confessions religieuses ainsi que des lieux de culte et de prière, après celle de Silgadji, d’Arbinda et autres localités.  

En tant qu’institution nationale de défense, de promotion et de protection des  Droits humains, elle   tient à rappeler que le Burkina Faso est un Etat laïc où la liberté de croyance, de non croyance, d’opinion religieuse et d’exercice de culte est reconnue et garantie à tous les citoyens. Cette reconnaissance de droit s’est affermie avec les pratiques des différentes confessions religieuses et de leurs fidèles à travers notamment, la solidarité, la cohabitation et le dialogue interreligieux que ne sauraient remettre en cause des actes d’une telle barbarie.

La CNDH invite les populations à faire preuve de retenue et à ne pas céder à la tentation de se faire justice ni à l’esprit de vengeance.

La CNDH interpelle le Gouvernement à rechercher les auteurs de ces différents actes et à les punir à la hauteur de leur forfait, conformément aux engagements du Burkina Faso.

La CNDH appelle et encourage le Gouvernement à poursuivre ses efforts de sécurisation de l’ensemble du territoire national et à faire cesser les attaques contre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité.

Pour la Commission Nationale des Droits Humains,

Ouagadougou le 13/05/2019

Le Président

Kalifa Yemboado Rodrigue NAMOANO