Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Le Premier ministre, Jean Marie Christophe Dabiré a visité dans la matinée de ce 3 mai 2019, la Centrale électrique temporaire située à Goughin où il a bénéficié d’explications sur le fonctionnement de la centrale. La centrale une fois fonctionnelle va injecter dans le réseau une puissance de 50 MW.

Le Premier ministre en compagnie du ministre de l’énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo, a eu droit à une visite guidée des locaux de la centrale électrique située à Gounghin, à quelques encablures du stade du 4-août. Il a pu ainsi s’imprégner du fonctionnement des différentes installations. La centrale est équipée de 31 groupes de 1.8 MW chacun, de 2 transformateurs de 40 MW chacun et de 258 conteneurs. 

Le projet, d’un coût d’environ 50 milliards de Francs CFA, vise à l’augmentation de la capacité de production d’énergie électrique du pays, surtout avec les coupures de courant en ces temps de chaleur.  Des installations jugées satisfaisantes par le chef du gouvernement. Pour lui, « cette centrale est une solution qui vient renforcer les options politiques prises avec le président du Faso, à savoir faire en sorte que en plus des interconnexions que le Burkina est entrain de réaliser avec la Côte d’Ivoire et le Ghana, que cela permette de renforcer le déficit énergétique auquel nous faisons face ». Il a par ailleurs félicité le groupe Agreeko pour le travail qui a été fait, et surtout pour l’utilisation qui est faite des ressources humaines nationales. 

Pour le ministre de l’énergie, « cette centrale aura l’avantage de répondre rapidement à la demande. C’est une solution rapide ». « Il y a un projet de 50 MW qui arrive à Kossodo, un autre de 150 MW qui va arriver à Ouaga Est, nous avons donc environ 200 MW structurels que nous allons ajouter », a-t-il laissé entendre. Le ministre dit vouloir rassurer la population sur le fait que le gouvernement ne laissera pas la société Agreeko partir sans avoir le nécessaire pour garantir une accessibilité à une énergie de qualité, mais aussi à une énergie moins chère. Il reconnait que le Burkina a l’un des kilowattheures les plus chers de la sous-région, mais promet que le prix unitaire heure va baisser d’ici là. 

En attendant, les premiers MW seront injectés sur le réseau d’ici le 15 mai 2019, et le reste des MW seront ajoutés dans les mois qui suivent.