Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Le Fespaco 2019 referme ses portes ce samedi 2 mars 2019 après une semaine d’intenses activités. Au siège du festival, la fête continue de battre son plein et les stands continuent de grouiller du monde. Un des stands qui attirent du monde est celui du « Fespaco sans sida », porté par un collectif d’associations intervenant dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive.

Ce regroupement qui fait de la promotion des contraceptifs de longue durée son cheval de bataille n’a donc pas voulu rester en marge de ce cinquantenaire de la biennale. L’objectif, selon l’une des responsables du stand, est de sensibiliser le maximum de jeunes sur les thématiques de la contraception et des moyens de lutte contre le VIH Sida.

Selon Mme Wangrawa, les jeunes festivaliers sont intéressés et viennent surtout prendre des informations. L’affluence est appréciable et rien que la dans la matinée du jeudi 28 février, près d’une trentaine de personnes étaient passées pour écouter « les sages conseils » du stand pour un Fespaco sans Sida.

« Leurs sollicitations tournent surtout autour des différentes méthodes contraceptives à adopter afin d’éviter les grossesses non désirées et partant de là à éviter les avortements » a fait savoir.

Et pourquoi avoir choisi le site du Fespaco pour une activité de ce genre ? « Je suis là pour rencontrer les jeunes et nous savons qu’ils vont venir pour visiter la mini- rue marchande du Fespaco. Donc par là, nous pouvons les avoir pour leur donner l’information. En plus  ici c’est un lieu où les jeunes peuvent se rencontrer. Et si les jeunes se rencontrent, vous savez ce qui peut advenir ? Par conséquent, il faut leur donner l’information juste et vraie au lieu de les laisser aller prendre l’information ailleurs pour s’adonner à des pratiques qui ne sont pas bonnes » a-t-elle répondu.