Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Ce jeudi 13 novembre 2018, à  l’occasion du 20e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons (Ernest Zongo, Blaise Ilboudo et Abdoulaye Nikièma), les organisations membres du Collectif ont procédé à un dépôt de gerbes de fleurs au cimetière municipal  de Gounghin. Cet hommage a marqué ainsi le début des activités de la commémoration.

Cette année, à la faveur des 20 ans de l’assassinat de Norbert Zongo, Le Collectif des organisations démocratiques de masses et de Partis politiques et la Coalition nationale de lutte Contre la Vie chère ont organisé des hommages à Norbert Zongo et ses compagnons, à Flavien Nebié, Boukary Dabo, aux victimes de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et de la résistance au putsch de septembre 2015. A cet effet, des gerbes de fleurs ont été déposées  sur les tombes des « martyrs » ce matin au cimetière de Gounghin.

20 ans après, le peuple reste déterminer  pour exiger vérité et justice suite au drame de  Sapouy. A en croire, le président de l’Association des Journalistes du Burkina (AJB), Guézouma Sanogo, « 20 ans après, il y a eu des victoires d’étapes comme l’insurrection populaire, la réouverture du dossier et l’inculpation de trois des suspects identifiés par la commission d’enquête indépendante ainsi que  l’avis favorable de la justice française à l’extradition de François Compaoré ».

Pour Stanislas Bénéwendé Sankara, l’un des avocats de la famille Zongo, 20 ans après le dossier Norbert Zongo semble être à la case départ pour la simple raison que l’instruction du dossier n’a pas véritablement commencé qu’après l’insurrection populaire : «L’instruction sérieuse du dossier Norbert Zongo a commencé après la fuite de l’ancien président Blaise Compaoré, ce qui a permis à la justice, de se saisir à nouveau sur la base d’éléments qui ont pu charger des gens qui sont aujourd’hui inculpés comme François Compaoré».  A l’en croire, on ne pourra  parler d’évolution que lorsque le juge d’instruction  rendra une ordonnance de renvoi devant une juridiction de jugement mais, il rassure  l’opinion que les avocats qui sont constitués veillent d’abord au procès équitable et aux principes des droits de la défense et la manifestation de vérité.

Le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a quant à lui  affirmé que le gouvernement a accompli  sa part avec tout ce qui a été fait par les avocats du gouvernement  et la demande d’extradition. 

Marche meeting, lancement d’un film documentaire à la bourse du travail sur les 20 ans de lutte du CODMPP et de la CCVC pour la vérité et la justice dans l’affaire Norbert Zongo mettra fin à cette commémoration.