Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

La Direction générale des services vétérinaires (DGSV) du ministère des Ressources animales et halieutiques a incinéré le 30 avril 1 305 peaux d'ânes à la périphérie sud de la ville de Ouagadougou apprend-t-on du ministère.

Ces peaux ont été saisies lors d'une patrouille nocturne de la police nationale. L’incinération s'est faite en application du décret portant réglementation de l'abattage et de l'exportation des asins, des camélins, des équins et de leurs produits au Burkina Faso.

C'est la deuxième opération de cette ampleur cette année 2018 au Burkina Faso. Le 27 mars dernier à Pô, plus de 1 800 peaux appartenant au même trafiquant récidiviste avaient été incinérés.

En raison d'une forte demande chinoise, les peaux d’âne sont exportées vers l’empire du Milieu où elles serviraient à fabriquer des chaussures et des médicaments traditionnels.

En 2016, les autorités du Burkina Faso estimaient que 45 000 ânes ont été abattus en un an seulement sur les 1 370 000 recensés en 2015. Le trafic de peau y aurait été multiplié par 18 en direction du Nigeria.

Le fléau touche toute la région à telle enseigne que plusieurs pays ouest africains interdisent l’exportation de l’espèce asine, viande et peau.