Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Au moment où l’éducation est mise à mal au Burkina Faso, des jeunes sont en train de se battre pour la réussite scolaire de leurs cadets dans la région des Hauts bassins. a, en effet, remis ça. Ce samedi 27 janvier 2018, à l’amphithéâtre de l’ENEP de Bobo-Dioulasso, l’Association des élèves et étudiants pour l’émergence du Faso (AEEEF)  a procédé au lancement de la quatrième édition de son programme «Initiative d’accompagnement scolaire (IAS)».  Un programme, sous forme de cours d’appui officiés par des répétiteurs, et qui consiste à suivre les élèves pour l’amélioration de leur niveau d’étude.


Avec les incessantes grèves des enseignants, l’éducation est en crise cette année au Burkina Faso. Depuis la rentrée scolaire 2017- 2018, 37 jours de classe ont déjà été perdus. Malgré tout, l’AEEEF, soucieux de la réussite scolaire des jeunes, particulièrement ceux de la région des Hauts Bassins, ne démord pas. Sa vision : accompagner, suivre et soutenir les élèves, notamment ceux qui préparent  le BEPC ayant quelques difficultés dans certaines matières, pour une égalité des chances. C’est justement à cet effet qu’elle a mis en place le programme IAS depuis 2012.

L’IAS consiste en des cours de soutien pour les travaux dirigés dispensés par des répétiteurs : pour aider l’élève à surmonter ses difficultés dans certaines matières. Avec des conférences, des sorties d’étude… En somme, «le programme vise à accompagner l’action des enseignants», dira le président de l’AEEEF, Omar Traoré.

L’efficacité du programme est réelle et les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus de 2 000 élèves encadrés lors des trois premières éditions ; 61,31% de taux de réussite en 2012-2013, 63,72% en 2013è2014, 94,32% en 2014-2015.

Et les autorités de la région reconnaissent le bien-fondé du programme IAS. En commençant par le maire de l’arrondissement 4 de Bobo-Dioulasso qui, du reste, est fait l’ambassadeur de l’association. Mieux, lors du lancement de la 4eme édition de l’IAS ce samedi, le maire Bakoné Millogo s’est engagé à parrainer 100 élèves pour leur adhésion à l’association. Le parrain de l’AEEEF, Juste Siriac Nakanabo, élu consulaire à la Chambre de commerce a pris le même engagement.

Pour bénéficier des prestations des répétiteurs de l’AEEEF, il faut d’abord adhérer à l’association, avec 2000 francs CFA, et une cotisation annuelle de 500 francs.