Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Suite au remaniement gouvernemental intervenu le lundi 20 février dernier, Ablassé Ouédraogo, le président de Le Faso Autrement, dans cette déclaration postée sur sa page Facebook, a indiqué que « ce gouvernement ressemble d’ailleurs fort à de la provocation vis-à-vis des burkinabè ».

« Le 28 décembre 2016, le Président du Faso annonçait par « TWEET » une réorganisation de son gouvernement. 55 jours après cette annonce porteuse d’espoir pour un véritablement changement dans la gouvernance de notre pays, le Président KABORE sert aux Burkinabè un gouvernement « Mouta Mouta », qui n’apportera certainement pas de solution à la « Rochosité » aggravante que le Burkina Faso vit.

Le Président KABORE prend les mêmes et recommence dans l’esprit qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Le mauvais casting dans la formation du premier gouvernement Kaba TIEBA, fait par inexpérience, a été sciemment répété alors que notre pays va de plus en plus mal et attend d’autres perspectives. Le gouvernement « replâtré » nommé le 20 février 2017 n’est point la solution. 

 Ce gouvernement ressemble d’ailleurs fort à de la provocation vis-à-vis des burkinabè qui fondaient un grand espoir sur cette réorganisation du gouvernement annoncée par le Chef de l’Etat en fin 2016. Ce qui confirme le manque de leadership du Président KABORE, de plus en plus sourd aux souffrances et à la misère de son peuple. Roch KABORE démontre encore une fois qu’il n’est pas « la réponse » aux attentes et aux aspirations des burkinabè mais qu’il est plutôt le vrai « problème ». 

Le Burkina Faso a besoin d’une gouvernance responsable.

Ouagadougou, le 21 février 2017

Dr Ablassé OUEDRAOGO

Président »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir