Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

©présidence du Faso

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a présenté la situation sécuritaire de son pays, ce 26 septembre 2019, devant la Commission de consolidation de la paix de l’Organisation des Nations unies. Roch Marc Christian Kaboré a salué de la tenue de cette réunion consacrée à son pays qui traverse une situation sécuritaire et humanitaire sans précèdent.

« Depuis janvier 2016, mon pays fait face à des attaques terroristes d’une grande ampleur, dont les impacts au plan humain, social, économique et du vivre-ensemble sont incalculables. Le niveau de violence atteint et l’insécurité ont eu pour conséquence, une crise humanitaire avec pour corollaire des milliers de déplacés internes, des écoles et des centres de santé fermés », a confié le président Kaboré. Saluant l’accompagnement de l’ONU, à travers le Fonds de consolidation de la paix, Roch Marc Christian Kaboré a aussi exprimé sa gratitude à l’ensemble des pays et institutions partenaires, pour le soutien qu’ils apportent aux efforts et aux actions de son gouvernement.

Face à la Commission, le président du Faso a fait l’économie des mesures prises par son pays, afin de faire face à la montée de la violence. « Le gouvernement a, non seulement décrété l’Etat d’urgence dans un certain nombre de régions, et engagé plusieurs opérations militaires dans l’Est, le Sahel et le Nord du pays, avec comme consigne, le respect des droits de l’homme, pilier essentiel à la réussite de la lutte anti-terroriste », a-t-il soutenu. Conscient du lien entre la pauvreté et l’enrôlement des jeunes dans le terrorisme, le gouvernement du Burkina Faso a lancé deux initiatives majeures : le Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL) et le Plan d’urgence pour le Sahel (PUS) qui a été élargi à l’ensemble des cinq régions touchées par l’extrémisme violent. « En plus de ces actions au niveau national, l’engagement des pays du G5 Sahel au niveau de la Force Conjointe et l’urgence de son financement, et le renforcement de son équipement, devraient permettre d’éviter un désastre humanitaire », a fait savoir le président Kaboré. Pour lui, la lutte contre le terrorisme, tout en étant une priorité nationale, doit s’inscrire dans une approche sous-régionale, mais surtout dans une dynamique de développement économique des zones vulnérables. Dans ce sens, il a salué l’initiative d’Accra, et la dernière conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO, à Ouagadougou.

Dans son intervention, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel, Mohammed Ibn Chambas, s’est dit préoccupé par la situation sécuritaire nationale, félicitant la riposte du gouvernement et les actions entreprises pour atténuer les tensions au sein des communautés. Il a, par ailleurs, salué la détermination des autorités burkinabè à travailler pour instaurer un climat de paix et de stabilité en témoigne « le jugement du putsch manqué de septembre, et le dialogue national initié par le président du Faso ». M. Chambas a réaffirmé la disponibilité des Nations unies à accompagner le processus électoral au Burkina Faso.

Le président colombien, Iván Duque, président de la Commission de consolidation de la paix des Nations unies, a fait une comparaison de la situation burkinabè avec celle de son pays, expliquant les voies et moyens dont ils ont usé pour parvenir à la paix.

La Direction de la Communication de la présidence du Faso

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir