Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

©présidence du Faso

POLITIQUE

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a installé officiellement, hier lundi dans la matinée, la Commission d’élaboration de la politique de sécurité nationale. Composée de 101 membres issus de différentes couches sociales, la commission dispose de cent jours pour élaborer une politique de sécurité nationale, et un projet de loi sur la réorganisation de l’architecture générale de la sécurité nationale.

L’élaboration d’une politique de sécurité nationale est une recommandation du forum national sur la sécurité, tenu en octobre 2017. Selon le président du Faso, dans son discours d’installation, cette politique doit décliner la nouvelle vision d’une sécurité durable, fondée sur la préservation et la promotion de « nos valeurs » et de « nos intérêts nationaux ». L’ambition clairement affichée par le chef de l’Etat, est de « doter notre pays d’outils et d’instruments à même d’ajuster nos institutions sécuritaires aux menaces récentes, émergentes et à venir, pour un Burkina fort ».

Il s’agit d’une première « historique » pour le Burkina Faso, et le président du Faso a invité les membres de la commission « à s’ouvrir à des consultations populaires élargies à l’ensemble de nos régions, pour répondre au mieux aux attentes des femmes, des hommes et des jeunes ». 

En installant les membres de la commission, le président du Faso a tenu à « rendre un hommage appuyé aux hommes et aux femmes qui veillent sur la quiétude des burkinabè et la défense de l’intégrité territoriale nationale ».

 

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir