Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Le 22 mai dernier, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) levait son mot d’ordre de «non finalisation de l’année scolaire». Cette décision faut-il le rappeler, est intervenue au soir de l’achèvement des travaux de rédaction du projet statut valorisant des personnels de l’éducation. Ce samedi 15 juin 2019, la CNSE a animé une conférence de presse pour apporter plus de détails sur ledit projet et les autres acquis de lutte à l’endroit de l’opinion nationale.


D’entrée, Bonaventure Belem, coordonnateur national de la CNSE a fait remarquer que l’objet de cette conférence n’est pas de répondre à ceux qui qui tirent à boulet rouge sur la CNSE «sans prendre le temps nécessaire de lire et analyser les résultats de la lutte.» Pour le coordonnateur, cette rencontre avec la presse ne vise non plus, à justifier la levée du mot d’ordre et à faire un bilan exhaustif de leur lutte syndicale mais plutôt de tenir l’opinion informée des engagements que le gouvernement a pris avec le syndicat et qui sont les seules motivations des décisions de la coordination et qu’elle assume. Pour la CNSE, le protocole signé avec le gouvernement a été fait avec beaucoup de précautions dans l’intérêt des travailleurs de l’éducation.

Du statut valorisant, la CNSE dit être parvenue à stabiliser le contenu d’un statut valorisant pour les personnels de l’éducation. «Au terme des travaux sur la question, on retient les éléments d’avancée sur le relèvement du niveau de recrutement, la création de nouveaux emplois, le règlement de la situation des personnels bloqués dans leur carrière ou sans statut, la suppression de certains emplois en vue de raccourcir la durée du parcours dans la carrière, l’élargissement d’opportunité d’évolution dans la carrière par la consécration officielle de passerelle et la création de nouveaux emplois, l’octroi d’une bonification d’un échelon à certains travailleurs, l’aménagement de dispositions particulières pour certaines catégories etc.», fait remarquer M. Belem.

Des avancées sur les autres questions, la CNSE indique que les récentes actions de luttes ont également permis l’octroi aux enseignants en situation de classe, d’une allocation annuelle de 30.000 FCFA pour l’acquisition d’ouvrages pédagogiques, le principe d’acquisition d’ordinateurs à coûts réduits pour les personnels et dont les conditions de l’opération sont en cours de finalisation, la correction substantielle des indemnités de logement, spécifique et de la bonification d’échelon octroyé pour compter du 1er janvier 2018 et de la communication d’informations plus rassurantes sur le dossier des personnels des ex-garderies populaires.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir