Aujourd'hui,
URGENT
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  
Sport: le Burkinabè Sita Sangaré nouveau président de la Commission de Futsal et de Beach Soccer de la CAF. 
Burkina: les agents de santé à base communautaire traînent 12 mois d'arriérés de salaire. 

Image d'illustration

POLITIQUE

Dans ce communiqué de presse,  l’Union pour le progrès et le changement (UPC), donne sa lecture sur la crise qui secoue actuellement le monde judiciaire avec les arrêts de travail à répétition des auxiliaires de justice. Le principal parti d’opposition invite le gouvernement à y apporter des solutions appropriées.

Depuis le mois d’octobre 2018, la chaine pénale du Burkina Faso est grippée. La cause, un « mouvement d’humeur » observé par les agents de la garde de la sécurité pénitentiaire. 

Avec ce mouvement, ceux-ci s’interdisent de :

- Recevoir dans les maisons d’arrêt et de correction de nouveaux pensionnaires ;

- Assurer les missions d’escortes devant les juridictions correctionnelles ;

- Assurer la sécurité dans les palais de justice ;

- Permettre les visites aux prisonniers.

La suspension de ces activités engendre des répercussions fâcheuses sur le fonctionnement de la justice et la situation des justiciables :

- Les délais de garde à vue qui sont anormalement prolongés ;

- Les inculpés et les prévenus, qui, en attente d’être interrogés par le juge d’instruction, qui en attente d’être jugés, restent maintenus en détention, et ce depuis plusieurs mois, sans qu’aucune décision judiciaire n’intervienne pour décider de leur sort.

Cette situation compromet le sacro- saint principe de la permanence et de la continuité du service public de la justice. 

De ce qui précède, il apparait de façon évidente que le droit à la liberté et le droit à ce que sa cause soit examinée dans un délai raisonnable par une juridiction impartiale et indépendante, pourtant garantis par notre Constitution et les nombreux instruments internationaux ratifiés par le Burkina Faso, sont volontairement entravés par le Gouvernement, qui reste sourd et inerte, comme à son habitude, face à la détresse des justiciables et de leurs familles. 

Et comme si cela n’était pas suffisant, le vendredi 19 avril 2019, un autre « mouvement d’humeur » déclenché par les greffiers de notre pays, venait donner l’estocade à notre appareil judiciaire. Désormais et jusqu’ à nouvel ordre, par ce mouvement, toutes les autres juridictions (civiles, administratives, sociales, commerciales, instruction, référés) sont à l’arrêt, les greffiers refusant d’assurer le service des audiences.

Et comme pour enfoncer une situation déjà compliquée, les avocats, eux aussi sont entrés dans la danse, en décidant, pour compter du mardi 23 avril 2019 et ce, pour 96 heures, de suspendre leurs participations à toutes les audiences des cours et tribunaux du Burkina. Ces derniers annoncent également une marche le lundi 29 avril prochain pour le respect de la Justice et des droits humains. La seule juridiction du Burkina Faso, le tribunal militaire, qui était jusque-là épargné par ces  soubresauts, se trouve lui aussi paralysé par cette décision des avocats. 

Ces crises à répétition, qui paralysent désormais tout l’appareil judiciaire de notre pays, sont à la fois indignes et inacceptables dans un ETAT DE DROIT.

C’est pourquoi, l’UPC, profondément attachée à la justice et à l’Etat de droit :

- Dénonce avec fermeté l’inertie du Gouvernement devant cette situation de violation des droits des justiciables ;

- Exhorte le Gouvernement à se réveiller et à apporter urgemment les solutions appropriées, pour remettre l’appareil judiciaire en état de marche.

Fait Ouagadougou le 23 avril 2019

Pour le Bureau Politique National de l’UPC,

Le Secrétariat National à la Justice et aux Droits Humains  

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Rien n'a été trouvé!

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé