Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Face aux hommes de médias, le Syndicat national des agents du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (Synamica) a animé une conférence de presse au cours de laquelle il a dénoncé des réformes apportées par leur ministre Arouna Kaboré qu'il juge «  inopportunes et hasardeuses ». C'était le mardi 26 mars 2019 à Ouagadougou.

Selon le Synamica, l'économie depuis les réformes « hasardeuses » du Programme d' Ajustement structurel, peine à se refaire une santé. Sur le plan industriel, il a expliqué que les slogans politiques d'un développement accéléré de l'industrie burkinabè constituent en réalité un « leurre » car l'industrie se « désindustrialise » de jour en jour étant donné que des unités industrielles sont confrontées à « d'énormes » difficultés d'écoulement de leurs produits. S'agissant du commerce, le syndicat a fait remarquer que la situation reste marquée par une tendance « déficitaire »de la balance commerciale et le « non – respect » de la réglementation en matière de commerce et, s'agissant de l’artisanat, l'insuffisance d'appui de la part de l’Etat  a été soulevée.

« Face à ces multiples préoccupations réelles, les autorités du département, au lieu d'y trouver des solutions idoines, ont entrepris des réformes qui risquent d'affaiblir la capacité du département a y apporter des solutions qui siéent. En effet, depuis l'arrivée du  ministre chargé du commerce, il n'a cessé d'entreprendre des actions de duplication ou de délestage de certaines structures techniques de leurs attributions au profit souvent du privé » a expliqué le secrétaire général du Synamica, Daouda Ouédraogo.

la relégation de la gestion des zones industrielles au privé, la création d'un secrétariat technique de l'industrialisation parallèlement à la Direction générale du Développement industriel ( DGDI ), la déstructuration de la Direction générale du Contrôle économique et de la Répression des fraudes ( DGCRF )  et de tout le système de contrôle par la création d'une Brigade mobile de Contrôle et de la Répression des fraudes ( BMCRF ) ont été cités comme réformes « inopportunes et hasardeuses ».

Le Bureau national du syndicat juge ces réformes « inopportunes » pour plusieurs raisons. « Elles ont été faites sans études diagnostiques préalables qui justifierait leur nécessité, le processus de ces réformes n'a pas été participatif, ces reformes engendreront à n'en point douter d'énormes coûts financiers, une multiplication redondante des structures de contrôle pouvant avoir un impact néfaste sur le climat des affaires, le renchérissement des prix des produits et la baisse de compétitivité des entités industrielles » a affirmé le secrétaire général du syndicat .

Le Synamica a,  à cet effet, invité le gouvernement à renoncer à toute mesure pouvant menacer la survie du dispositif actuel de contrôle, à doter conséquemment les structures du ministère en moyens humains, matériels et financiers conformément aux engagements pris lors des négociations du 16 mars 2017 et à prendre des mesures idoines en vue de la baisse des prix des produits de grande consommation. A la population burkinabè et aux industriels, il a demandé de rejeter toute mesure visant « à éroder » le pouvoir d'achat du consommateur et à porter atteinte à la compétitivité des unités industrielles.

Daouda Ouédraogo a par ailleurs expliqué qu'il n'est pas exclu que  des actions « fortes » puissent être menées afin d'interpeller le gouvernement sur la situation.