Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Face à la presse de son pays qui l'a accompagné en France, et au sujet de l'augmentation du prix du carburant, le président du Faso n'a pas fait dans la langue de bois. 

Roch Marc Christian Kaboré a expliqué que le gouvernement a fait des efforts pour maintenir les prix jusqu’à une date récente malgré l’envolée du prix du baril. «Depuis 2016 nous avons procédé à une réduction de 50 FCFA par litre de carburant sur la base du fait qu’au plan international les cours du carburant étaient suffisamment bas, pour que nous puissions répercuter cette baisse en faveur de nos compatriotes», a-t-il indiqué avant de justifier l’augmentation des prix: «Depuis lors vous constatez que les prix augmentent au niveau international. Nous avons maintenu ces tarifs jusqu'à maintenant, alors que par rapport à la Côte d’Ivoire, au Benin, au Togo, qui sont des pays côtiers, le carburant du Burkina Faso est moins cher. Ceci ne s’explique pas. Non seulement nous devons le prendre au port et le transporter. Nous ne pouvons pas être moins cher que les autres, si ce n’est pas que nous creusons le déficit et la subvention que l’Etat doit faire à la SONABHY.» 

Pour le président Kaboré, il était tout à fait normal de faire un réajustement des prix. «Ce n'est de gaieté de cœur ni pour le consommateur, ni pour le gouvernement, mais c'est une exigence de vérité et de responsabilité», a tenu à souligner le Président du Faso. «Se voiler le visage ne servirait à rien du tout», poursuit-il.

En ce qui concerne les augmentations des tarifs des transporteurs et des denrées de première nécessité, le président a annoncé que des discussions sont en cours pour éviter les augmentations mécaniques des prix, pour ne pas pénaliser les consommateurs.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir