Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

Image d'illustration (©:aouaga.com)

POLITIQUE

Le Coordonnateur du Cadre d’expression  démocratique (CED) Pascal Zaida a affirmé ce  mercredi 2 mai 2018 au cours d’une conférence de presse que le pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), était  « incapable d’assurer la sécurité des Burkinabè ». Selon une dépêche de l’AIB, M. Zaida a de ce fait demandé au président du Faso de démissionner.

 «Le pouvoir du MPP est incapable d’assurer la sécurité des Burkinabè, d’assurer une économie équitable, d’assurer une politique sociale  acceptée…», a indiqué, M. Zaida qui s’exprimait  à l’occasion de sa  première conférence de presse, après sa détention  pour avoir osé tenir un meeting  sans le quitus de la marie. «A l’heure où nous sommes le Nord et le Sahel sont occupés par des djihadistes,  c’est vous dire  que le pays est envahi», a-t-il  fait observer.

Il a expliqué cependant que  «lorsque le président du Faso prête serment il dit qu’il va faire respecter la constitution  or la constitution dit  le Burkina Faso demeure un et indivisible».

«Deuxièmement,  le programme que le MPP a soumis à ses militants pendant la campagne présidentielle  a bien souligné qu’ils vont garantir  la sécurité pour tous les Burkinabè», a-t-il poursuivi. «Je pense que c’est clair et net que le président Roch Marc Christian Kaboré a failli à sa mission première», a martelé Pascal Zaïda, avant de prévenir : «nous sommes des démocrates par conséquent en 2020 il  ne doit pas se représenter parce que le Burkina Faso est divisé» a-t-il averti.

A entendre le coordonnateur du CED, la situation sécuritaire précaire au Burkina Faso  mérite d’être assainie en vue de la reprise des activités économiques. Car, indique-t-il, «nous assistons à une dégradation continue et inquiétante de la situation au plan économique, sociale, politique, judiciaire et sécuritaire».

Pour lui,  au lieu  d’une politique économique «réalisable  mais à la fois concrète le pouvoir s’est doté d’un plan faramineux lourd à démarrer plongeant l’économie dans une inertie totale». Il a aussi souligné que «pendant que représentant  et représenté se donnent des vacances à travers le monde,  plus de 20 mille enfants sont sans école  et des centaines d'enseignants  qui sont loin de leurs postes à cause de l'absence de l'Etat au Nord et au Sahel».

 

Source: Agence d'Information du Burkina