Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

A la reprise du procès ce lundi 26 mars 2018 à 16 heures, le tribunal a statué sur les deux mémoires soumis à son appréciation par les Conseils de la défense en début de l’audience ouverte dans la matinée vers 8 heures 40 minutes. Après cela, l'audience a été suspendue. Elle reprendra ce mardi 27 mars 2018.

Concernant l’exception de nullité de la procédure soulevée par les avocats de Gilbert Diendéré, le tribunal a indiqué qu’il était incompétent sur le sujet et a demandé à la partie de saisir la chambre criminelle de la Cour de cassation. 

Par ailleurs, le tribunal a prononcé la nullité de la citation à comparaître de deux accusés car violant le principe du droit de la défense. Cependant, pour toutes les requêtes demandant d’annuler l’arrêt de renvoi, le tribunal a déclaré son incompétence et à inviter les avocats à saisir également la Chambre criminelle de la Cour de cassation. 

En ce qui concerne la requête portant suspension de l’audience avec la saisine de la Cour de cassation par les avocats de la défense contestant la compétence du président du tribunal, il indiqué n’avoir pas encore reçu la notification de saisine de la  Cour de cassation jusqu’à présent. Par conséquent, il a estimé que le procès pouvait continuer dans l’attente de la réception de ladite notification. Si cette notification avait été transmise au tribunal, ce dernier serait dans l’impossibilité de continuer le procès. Il allait être suspendu dans l’attente de la décision de la Cour de cassation concernant la compétence du juge Seydou Ouédraogo et de son conseiller à connaitre ce dossier.

Dans la foulée, le président du tribunal a suspendu l’audience. Elle reprendra ce mardi 27 mars 2018 à 9 heures avec l’examen de la liste des témoins cités par les différentes parties.

Ouvert le 27 février dernier, le procès du putsch manqué de septembre 2015 est actuellement à l’étape des débats de procédures. C’est une fois les vices de formes et de procédures  évacués qu’interviendra le débat sur le fond de l’affaire.

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir