Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

Photo: Oméga Fm

POLITIQUE

Le Syndicat des professionnels des technologies de l’information et de la communication (SYNPTIC) observe depuis ce lundi 19 février 2018 un sit-in de 48 heures dans le but d’exiger de l’Etat l’application du protocole d’accord signé le 25 juillet 2016. C’est ce qu’a annoncé Salfo Ilboudo, secrétaire général du syndicat ce lundi 19 février 2018 au cours d’un point de presse tenu à Ouagadougou.

 «Plus d’un an et demi, après les engagements pris par le gouvernent, aucun point du protocole d’accord n’est satisfait (…) Ainsi donc, le comité SYNPTIC, tient un sit-in devant la présidence de l’Université Ouaga I, ce jour 19 au 20 février 2018 pour exiger l’application du protocole d’accord» a indiqué Salfo Ilboudo, cité par l’Agence d’information du Burkina (AIB). Et selon ses dires, ce sit-in de 48 heures sera prolongé du 20 au 22 février en cas de non satisfaction et si rien n’est toujours fait le syndicat ira en grève du 26 au 28  février prochain. 

Pour M. Ilboudo, toujours cité par l’AIB, le gouvernement s’engageait dans le protocole d’accord signé avec le SYNPTIC, entre  autres, à mettre en place un plan de carrière (reclassement du diplôme d’ingénieur de travaux informatique en A2, à créer une école professionnelle, à rétablir et augmenter l’indemnité spéciale d’informatique pour les informaticiens d’administration publique au plus tard en janvier 2017.

«A ce jour 19 février 2018, soit 13 mois après le délai d’application, tous les informaticiens n’ont pas encore perçu leur indemnité spéciale d’informaticien », a affirmé le secrétaire général du SYNPTIC qui a aussi indiqué la non application dudit protocole se fait le plus ressentir au niveau des  Etablissement publiques d’Etat (EPE) comme l’université Ouaga 1 Pr Joseph Ki Zerbo. Pour lui, c’est « la mauvaise foi » des responsables de cette université qui a amené  le syndicat à tenir son sit-in à l’université.

Selon M. Ilboudo, le syndicat reste ouvert au dialogue et dans cette optique, il a tenu une rencontre ce lundi avec le président de l’université de Ouaga 1 et il est prévu ce mardi 20 février un cadre de concertation avec le ministère en charge de l’Economie numérique. Cependant, il a averti que  «la suspension du mot d’ordre dépend de l’administration».

 

Source : Agence d’Information du Burkina