Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

La frange jeune de la Nouvelle alliance du Faso (Nafa), section du Kadiogo, s’est réunie ce jeudi 21 septembre à Ouagadougou. Dans une déclaration rendue publique à l’issue de la rencontre, ces militants ont exigé la libération du général de gendarmerie Djibril Bassolé, détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées pour sa supposée implication dans la tentative de coup d’Etat orchestrée par l’ex Régiment de sécurité présidentiel en septembre 2017 contre les autorités de la transition.

La jeunesse militante de la Nafa se dit indignée par ce qu’elle qualifie «détention arbitraire de Djibril Bassolé». Jeudi 21 septembre 2017, elle est montée au créneau assurer que la situation du «prisonnier politique» laisse à désirer. Leur porte-parole, Hermann Ouilina,  dénonce le fait que, deux ans durant, leur «candidat à l’élection présidentielle de novembre 2015, le général Djibril Bassolé, fait l’objet d’un acharnement politico judiciaire humiliant «qui ne laisse plus le peuple burkinabè et la communauté internationale épris de justice indifférent».

La jeunesse de la section Kadiogo de la Nafa confie aussi ne plus pouvoir supporter et «rester silencieux» face à cette situation. Pour elle, le général Bassolé est «victime d’obscures manœuvres politiciennes aux antipodes de l’éthique démocratique».

Saisissant l’occasion, les jeunes de la Nafa ont félicité et remercié les experts des Nations Unies «qui ont donné un avis juridique conforme aux normes juridiques internationales, qui sont au-dessus des lois nationales, avis que les Etats parties devraient respecter». A les écouter, cette situation dans laquelle se trouve Djibril Bassolé est une «cacophonie juridique qui n’est pas en l’honneur des juges du tribunal militaire». La jeunesse de la Nafa dit tout faire appuyer l’avis des experts des Nations Unies. Par conséquent, elle «interpelle le président du Faso à prendre les dispositions idoines en vue de l’application de cette décision». 

Les jeunes de la Nafa exigent l’application d’une «justice équitable qui s’accommode avec un Etat de droit et démocratie véritable» et «la libération immédiate du général Bassolé». Ils veulent aussi «un procès équitable pour tous les justiciables du putsch du 16 septembre 2015».

Les jeunes de la Nouvelle alliance du Faso ont également tiré à boulets rouges sur le gouvernement. Hermann Ouilina et ses camarades s’insurgent contre «la mal gouvernance, la corruption et la vie chère».

Ils invitent le président du Faso à «faire observer formellement le principe de l’indépendance de la justice, à proscrire à jamais les juridictions d’exception, à veiller sur la dépolitisation de l’administration et à veiller à plus d’ouverture et de transparence dans la chaine des commandes publiques».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir