Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

SPORT

Démarrée en septembre dernier avec 38 équipes, la 5e édition du tournoi de maracana "Fair play" a connu son apothéose ce 24 novembre 2019 avec la victoire de l'équipe de l'AIP au détriment de son homologue du FC Beckam aux tirs aux buts (1-0) après un score nul (1-1).

Ce tournoi selon son promoteur, Alex Ouédouda, est né de l’idée de voir la jeunesse de Samandin, un quartier de Ouagadougou réunie autour du ballon rond. Au fil des années, la compétition s’est étendue aux différents quartiers de la ville. Pour cette édition 2019, ce sont au total 38 équipes qui ont pris part à la compétition. Puissant outil de renforcement des liens sociaux, de promotion des idéaux de paix, de fraternité, de solidarité, de non-violence, de tolérance et de justice, ce tournoi vise selon son promoteur, à promouvoir la solidarité et la cohésion sociale dans la ville de Ouagadougou.

Autour de M. Ouéddouda, c’est toute la jeunesse de Samandin qui a pris d’assaut le stade du lycée Bambata qui a abrité la finale de ce dimanche 24 novembre. Devant autorités politico-administratives, coutumières et religieuses dont le Kamsonghin Naaba, le Pô Naaba, parrain de l'édition 2019, les deux équipes ne se sont pas fait prier pour produire le spectacle tant attendu par les supporters venus nombreux. Au terme de la finale, c'est l'équipe de l'AIP qui est venu à bout de son homologue du FC Beckam aux tirs aux buts (1-0) après un score nul (1-1).

De quoi satisfaire Alex Ouéddouda qui aurait souhaité la présence de l’entraîneur national des Étalons footballeurs pour dénicher de nouveaux talents. «Le football est un facteur de cohésion et mon vœux le plus ardent, est de voir la jeunesse de Ouagadougou autour du ballon rond pour cultiver cette cohésion sociale. Mon ambition est de voir une jeunesse épanouie autour du ballon rond afin que notre équipe nationale puisse également être étoffée par ces nouveaux talents. Par les bénédictions de tous, Maracan fair play s'étendra sur toute la ville de Ouagadougou les années à venir», foi de M. Ouéddouda.

Pour sa part, le Pô Naaba, parrain de cette édition tout en souhaitant la cohésion sociale à travers ce tournoi, a indiqué que c'est l'occasion de dire à la jeunesse qu'il est plus qu'important de se donner les mains pour un Burkina meilleur où il fait bon-vivre. "Demander le fair-play sur le terrain, c'est demander à cette jeunesse de penser à l'avenir de notre nation à travers le travail et à travers le talent. Au regard de ce que j'ai vu ce soir, je pense que la jeunesse a compris que nous devons nous donner les mains pour aller vers un développement harmonieux et partagé" a ajouté le parrain.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir