Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: la Suisse alloue plus de 5 milliards FCFA aux petits agriculteurs de l’Afrique de l’Ouest. 
Burkina: l’Union européenne offre à l’armée du matériel destiné à la lutte contre le terrorisme.
Santé: le paludisme risque de tuer plus de personnes que le coronavirus en Afrique subsaharienne, prévient l’OMS.
Sommet UE-G5 Sahel : Roch Marc Christian Kaboré plaide pour plus d’investissements au profit des populations. 
Burkina: décès vendredi à Ouagadougou de Thomas Sanon, 73 ans, ancien ministre des Affaires étrangères et président du CES
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.

SOCIETE

Dans la nuit du 15 au 16 septembre 2020, des hommes armés ont fait irruption dans le commune de Tansarga, province de la Tapoa, région de l’Est, pour incendier les seuls symboles de l’Etat qui restaient: la mairie, le lycée départemental et la préfecture et la circonscription d’éducation de base, rapporte le site gulmu.info.

«Cela fait près d’un an que nous sommes assiégés. Mais jusqu’à ce que ce qui est arrivé cette nuit arrive, il manque de présence militaire dans notre commune. Et pourtant, il y’a des centaines de soldats qui gardent la mine», témoigne un des habitants joint par le site d’informations. 

Les hommes armés ont pénétré Tansarga à pied, assure de son côté l'Agence d'informations du Burkina (AIB). 

«A croire donc qu’ils ont garé leurs moyens de déplacement dans les périphéries de la ville. C’est lorsque des coups de feu, assimilables à des tirs de sommation, retentissaient à la mairie que les populations se sont rendues compte de l’incursion de la bande armée. Une situation qui laisse planer l’incertitude sur la rentrée scolaire 2020-2021 dans la localité. D’autant plus que le lycée départemental était l’une des rares infrastructures scolaires fonctionnelles, à ce jour, dans toute la commune de Tansarga», ajoute l'AIB. 

La commune de Tansarga fait frontière avec le parc d’Arly et la commune de Partiaga où se trouve la mine de Semafo Boungou.

«Depuis que les terroristes ont brûlé les campements de chasse et occupé la forêt du parc W et de celui d’Arly, les communes de Tansarga, Logobou, Partiaga, Botou et Kantchari font l’objet d’attaques d’hommes armés. Plus d’une dizaine d’écoles sont partis en fumée durant le mois d’août», comptabilise gulmu.info.