Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

POLITIQUE

Dans cette lettre ouverte adressée au Président du Faso, Ablassé Ouédraogo, président de Le Faso Autrement, demande la clôture du dialogue politique  et l’ouverture d’un dialogue national inclusif pour trouver les solutions appropriées à la vie de la nation. 

«Excellence Monsieur Le Président du Faso,

Objet: De l’impérieuse nécessité de clôturer votre dialogue politique et d’aller sans délai au dialogue national inclusif, sincère, ouvert et décisionnel pour répondre aux vraies préoccupations des Burkinabè

Nous nous souviendrons que vous avez organisé du 15 au 22 juillet 2019 la première réunion des partis de la majorité et d’une partie de l’Opposition politique autour des élections de 2020, de la situation nationale et de la cohésion sociale. Le dialogue politique, comme vous l’avez appelé, est co-présidé par le Président de l’Association des Partis de la Majorité Présidentielle (APMP), une structure informelle, et le Chef de File de l’Opposition Politique (CFOP), une institution de la République, avec pour rapporteur le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Cohésion sociale.

Les travaux de ce dialogue politique, évidemment non inclusif parce que les participants, triés sur le volet, appartiennent au cercle restreint de vos amis, ont conclu un accord pour la tenue des élections couplées, Président du Faso et législatives, le 22 novembre 2020. 

C’était sans compter avec les réalités vécues par les Burkinabè, et tout particulièrement la pénible et dévastatrice guerre sécuritaire à laquelle vous et votre gouvernement n’arrivez pas, jusque-là en tout cas, à trouver la solution idoine.

Le rapport de la Représentation nationale, que vous a remis en mains propres, le 08 juillet 2020, le Président de l’Assemblée Nationale, à la suite de la visite de terrain des Députés dans les cinq régions de notre pays touchées par le terrorisme, fait des recommandations, dont celle relative spécifiquement à la tenue des élections du 22 novembre 2020. 

Rappelons que par consensus et à l’unanimité, le Pouvoir Législatif, séparé du Pouvoir Exécutif, recommande la prolongation du mandat des députés de la septième législature de douze (12) mois comme l’autorise la Constitution en vigueur en son article 81, le report de la tenue des élections législatives en 2021 et le maintien de l’élection du Président du Faso à la date du 22 novembre 2020, pour des raisons de sécurité. L’insécurité empêchera 52 députés, soit 40% de l’Assemblée de pouvoir faire campagne dans leurs circonscriptions.  

Cette situation, sans précédent, témoigne de la gravité du contexte et du manque de sécurité sur une bonne partie de notre territoire. 

Cela aussi permettrait de questionner la légitimité de l’élection présidentielle qui logiquement ne pourrait se faire dans ces mêmes circonscriptions. 

Cela entacherait la légitimité du Président du Faso, qui sera légalement élu, et pourrait poser de sérieux défis à la paix sociale, la stabilité et la sécurité dans un tel contexte et dans la période post-électorale.

Cette situation nouvelle est tout simplement une humiliation pour les parties prenantes à votre dialogue politique que nous avons déjà qualifié de « mascarade », et met clairement un terme à la vie et aux activités dudit dialogue politique non inclusif, organisé entre « petits copains » et qui est très loin de pouvoir apporter les vraies solutions aux problèmes des Burkinabè. 

Cette cacophonie accentue les divisions entre les Burkinabè et constitue des prémices de conflits que nous enregistrerons certainement tout au long du processus électoral qui s’ajoutent aux différentes tensions, crises et conflits que nous endurons tous au quotidien.

Si vous acceptez notre constat sur la situation actuelle, qui est comme une boule de feu sur une colline, nous voudrions vous lancer un appel renouvelé pour convoquer un dialogue national inclusif, sincère, ouvert et décisionnel, pour pouvoir aller, et sans faire perdre davantage de temps au peuple burkinabè, à la réconciliation nationale, une impérieuse nécessité pour la construction de l’unité nationale et de la nation burkinabè. Le Burkina Faso se réconciliera avec lui-même et les Burkinabè se réconcilieront entre eux. La réconciliation nationale est l’affaire de tous et ensemble.

Le dialogue national, au-delà de tous les acteurs politiques sans exception, doit impliquer toutes les composantes de la société burkinabè. 

En effet, les défis auxquels font face les Burkinabè sont au-delà des compétences et des capacités des seuls acteurs politiques, et surtout d’une partie de cette classe politique. 

Le temps presse pour poser les jalons de la paix et de la cohésion sociale sur toute l’étendue de notre territoire en prenant des actes forts et courageux pour apaiser les tensions et sécuriser tous les Burkinabè. C’est pour cela, que nous vous saurions gré de bien vouloir enclencher immédiatement le Dialogue National Inclusif, Sincère, Ouvert et Décisionnel pour apaiser tous les Burkinabè et aboutir à la réconciliation nationale, à la construction de l’unité nationale et de la Nation.

C’est le préalable incontournable pour sécuriser les Burkinabè et le processus électoral. Travaillons tous ensemble pour avoir des élections transparentes, équitables et inclusives afin de renforcer la démocratie, la paix, la sécurité et le vivre ensemble dans notre cher et beau pays, le Burkina Faso.

Veuillez agréer, Excellence Monsieur le Président du Faso, l’assurance de notre très haute et respectueuse considération. »

«Rien n’arrête une idée arrivée à son heure»     

Dr Ablassé OUEDRAOGO

Commandeur de l’Ordre National

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir