Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a participé ce 30 juin 2020 à Nouakchott en Mauritanie, aux côtés de ses pairs du G5 Sahel et des partenaires français, espagnols, allemands, italiens, de l’Union européenne, de l’Union africaine, des Nations unies, de la Francophonie à un sommet élargi du G5 Sahel. L’objectif de cette rencontre était de faire le point de la mise en œuvre de la feuille de route convenue lors du sommet de Pau (France) et d’évaluer la situation au Sahel.

Le sommet de Nouakchott s’est tenu dans un contexte marqué par la persistance des attaques terroristes au Sahel, la détérioration de la situation sécuritaire en Libye  et la pandémie de la COVID-19 dont l’impact économique et social se fait déjà sentir. 

Au cours des travaux, la conférence a salué les efforts accomplis par l’ensemble des acteurs aussi bien les Etats sahéliens que leurs partenaires internationaux dans la mise en œuvre  de la feuille de route de Pau, en lien avec l’évolution de la situation sécuritaire dans l’espace G5 Sahel. 

Les chefs d’Etat du G5 Sahel ont exprimé leur satisfaction suite à l’engagement des effectifs supplémentaires de la Force Barkhane au cours du dernier semestre, et l’opérationnalisation du Mécanisme de Commandement conjoint, facilitant la coordination entre la Force conjointe du G5 Sahel et la Force Barkhane. 

La reprise des opérations soutenues dans la zone des Trois frontières, les succès enregistrés par les forces nationales, la Force conjointe et les forces internationales, témoignent de l’avancée de la lutte contre l’hydre terroriste.

Toutefois, les chefs d’Etat ont exprimé leur préoccupation face à l’extension de la menace terroriste en direction de la Côte d’Ivoire, suite à l’attaque récente de la garnison ivoirienne de Kafolo.

Tout en soulignant l’urgence d’une action collective et énergique, les chefs d’Etat ont insisté sur la nécessité de poursuivre et de renforcer l’appui en équipements des Forces de défense et de sécurité des États membres du G5 Sahel et de la Force conjointe.

Ils ont souhaité un financement pérenne de la Force conjointe, ainsi que l’octroi d’un mandat sous le Chapitre VII de la charte des Nations unies. Le sommet a aussi rappelé  l’importance du Programme d’investissements prioritaires (PIP) pour les populations du Sahel, et pour la lutte contre le terrorisme.

Tout en remerciant les partenaires qui ont déjà manifesté leurs soutiens aux plans de riposte élaborés par les pays du G5 Sahel, les chefs d’Etat des pays membres ont saisi cette opportunité pour renouveler leur appel à l’annulation de la dette extérieure des pays du G5 Sahel.

Direction de la communication de la présidence du Faso

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir