Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

©AFP

MONDE

Le président déchu Zine El Abidine Ben Ali, 83 ans, est décédé hier jeudi 19 septembre en Arabie Saoudite, où il vivait en exil depuis la révolution de 2011.

Après plus de deux décennies de pouvoir, Ben Ali avait été renversé début 2011 par un mouvement populaire, point de départ d’une vague de révoltes dans la région connue sous le nom de “Printemps arabes”.

Il avait fui, le 14 janvier 2011, dans des conditions rocambolesques, vers Jeddah, en Arabie saoudite, où il vivait depuis en exil avec sa famille. Des rumeurs sur sa mort ont circulé à plusieurs reprises ces dernières années.

Le 12 septembre, Me Ben Salha avait déclaré que le président déchu se trouvait “dans un état critique”. Il avait ensuite démenti les rumeurs de décès. “Il n’est pas mort, mais son état de santé est mauvais. Il est sorti de l’hôpital et se soigne actuellement chez lui. Son état de santé se stabilise”, avait-il indiqué à une radio locale. Réagissant à ces dernières “rumeurs”, le Premier ministre tunisien Youssef Chahed avait assuré qu’il était prêt à donner son “feu vert pour son retour”.

C’est un cas humanitaire. S’il est malade, comme le disent les rumeurs, il peut rentrer dans son pays comme tout Tunisien”, avait dit M. Chahed, interrogé sur la chaîne Hannibal TV. “S’il veut rentrer pour être enterré ici, je donne mon feu vert”. Peu après l’annonce du décès jeudi, le lieu des funérailles —Arabie saoudite ou Tunisie— restait inconnu.

En 2018, à l’issue de procès par contumace pour “homicides volontaires”, “abus de pouvoir” ou encore “détournements de fonds”, il avait été condamné par contumace à de multiples peines de prison, dont plusieurs à perpétuité.

Source: Africanews