Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

MONDE

Les autorités éthiopiennes ont annoncé que de violents affrontements opposant les deux principaux groupes ethniques du pays - Oromo et Somali - ont fait «des centaines» de morts. Une annonce faite le lundi 25 septembre avec la précision qu'une enquête est ouverte pour élucider et situer les responsabilités de ces scènes de massacres.

Selon le porte-parole du gouvernement, Negeri Lencho, « des centaines de membres de l’ethnie oromo ont été tués (…) et il y a eu aussi des morts côté somali. » Et d'ajouter, « Nous ne savons pas exactement combien sont morts, cela fait l’objet d’une enquête ».

A en croire M. Lencho, une cellule d’urgence a été mise sur pied pour répondre aux besoins des déplacés et des efforts de médiation ont été entrepris avec les autorités locales. Il a également précisé que des unités de la police et de l’armée fédérales ont été déployées. Celles-ci auraient réussi à restaurer l’ordre.

Déjà, le porte-parole du gouvernement éthiopien annonce l’ouverture d’une enquête pour déterminer les responsabilités et des poursuites judiciaires contre les fauteurs de troubles. « Notre système (fédéral) n’autorise pas des administrateurs de quelque région que ce soit à tuer nos citoyens et à en déplacer d’autres », a-t-il martelé.

A noter que ces affrontements opposent violemment depuis début septembre, des membres des ethnies oromo et somali le long de la longue frontière entre leurs régions respectives (Est et Sud-est). Il y a quelques jours, le président de la région oromo, Lemma Megersa, a annoncé que ces affrontements ont donné lieu à des « tueries brutales » et poussé quelque 50 000 personnes à fuir la zone.

Depuis des années, Oromos et Somalis se disputent le contrôle de certaines zones arables situées le long de leur frontière commune. En octobre 2004, un référendum avait été organisé pour résoudre le différend, mais des violences entre les deux groupes avaient rapidement pris le dessus, dès la fin 2004. Depuis, le référendum n’a jamais été pleinement mis en œuvre.