Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

ECONOMIE

La 28e session de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat (AG-SE) a ouvert ses travaux, dans la matinée de ce jeudi 25 juin 2020, à Ouagadougou. Durant 48 heures, 21 entreprises vont voir leurs performances évaluées, au titre de l’exercice de 2019. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, président par délégation de l’AG-SE, représentant le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, président de l’AG-SE.

Elles sont au nombre de 21 entreprises dont 19 sociétés d’Etat et 2 établissements de prévoyance sociale qui se prêtent depuis ce jeudi matin, à l’exercice annuelle de redevabilité qu’impose l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat (AG-SE).

Cette 28e session de l’AG-SE va permettre d’examiner pendant deux jours (25 et 26 juin 2020), non seulement leurs performances, mais également de faire l’état de mise en œuvre des recommandations de cette instance, au titre de l’exercice clos du 31 décembre 2019.

A l’ouverture des travaux, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, président par délégation de l’AG-SE, représentant le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, président de l’AG-SE, a indiqué que le chiffre d’affaires global de l’ensemble des sociétés s’est accru de 8,73% au titre de l’exercice de l’année 2019 par rapport à celui de 2018, un accroissement de 10,99%.

« Ces performances ont permis d’améliorer la contribution des entreprises publiques au budget national, qui est passée de 332,097 milliards de F CFA en 2018 à 335,5590 milliards de F CFA en 2019, soit une augmentation de 3,493 milliards de F CFA », a-t-il précisé.

Selon lui, ces « avancées significatives » démontrent que les sociétés d’Etat sont parfaitement en mesure de produire des résultats positifs, en se soumettant « rigoureusement » aux bonnes règles d’administration et de gestion.

Nonobstant ces résultats positifs, le Chef du Gouvernement n’a pas perdu de vue, le fait que quelques-unes de ces sociétés publiques connaissent des difficultés.

En effet, il est ressorti que sur 21 entreprises, 03 sont déficitaires et ont un déficit cumulé de 704 millions de F CFA. Il s’agit de la Minoterie du Faso (MINOFA), de la Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT) et de la Société Nationale d’Aménagement des Terres Rurales (SONATER).

C’est la raison pour laquelle, il a exhorté les structures dirigeantes et de supervision de ces trois sociétés à redoubler d’ardeur, en vue d’améliorer les résultats des exercices à venir.

Du reste, il a déclaré que la viabilité et la prospérité des sociétés ne peuvent véritablement s’inscrire dans la durée, que si celles-ci disposent d’une réelle capacité interne à réaliser de nouveaux investissements.

En cela, il a estimé que pour réaliser des marges importantes afin de financer l’investissement, il est impératif qu’il y ait la maîtrise des charges de fonctionnement, en l’occurrence celles de personnel.

A cet égard, il a invité ces entreprises à prendre les mesures permettant de ramener dans des proportions raisonnables, le taux d’accroissement de ces charges courantes qui a atteint 8% entre 2018 et 2019.

« Cette option est une nécessité vitale d’autant plus que le taux d’exécution du budget des investissements est ressorti seulement à 46,39% en 2019. Dans le contexte de l’année 2020 marqué par la maladie à Coronavirus, je vous invite ardemment à dégager des marges de manœuvres importantes en vue d’augmenter les capacités d’investissements structurants de nos entreprises publiques », a-t-il conseillé.

DCRP/Primature

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir