Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

CULTURE

Après le premier album "Fruit de la passion" et le deuxième "Le temps de Dieu", le groupe Campus Ambiance vient de mettre sur le marché discographique son troisième album intitulé "Equilibre". La dédicace de l’œuvre a eu lieu le 23 décembre 2019 au Cenasa en présence de personnalités, étudiants et la presse. Dans ce troisième opus qui vient de naître, le groupe, peint les réalités d’une société en proie à des vices, le tout dans un langage humoristique qu'on lui connait. Un album de 12 titres empreinte d'originalité qui se veut un "Timbre-poste" qui promène le mélomane à travers les cultures diverses.

Héritier du groupe de percussions Awoulan Système, Campus Ambiance offre à ses fans, un cocktail de sonorités d’ici et d’ailleurs. Inspiré du Zouglou, ce genre musical populaire né en Côte d’Ivoire dans les années 90, aussi connu sous le nom de Wôyô, le groupe porte une philosophie positive avec une grande spontanéité et une bonne humeur contagieuse. Dans une coloration rythmique mêlant folklore et tendances urbaines du moment, "Equilibre" se veut une approche d'équilibre entre les cultures d'ici et celles du monde. L'œuvre dans son ensemble a une coloration rythmique des tendances urbaines du moment mais puise dans le folklore afin d'imprimer un style nouveau et unique. Les thèmes développés interviennent comme une sorte d'exorcisme des difficultés sociopolitiques qui troublent une jeunesse en proie à un avenir presqu'incertain : la fraternité entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso ; l'amour de la mère patrie ; la cohésion sociale ; la question des diplômés sans emploi ; l'espoir ; la mort ; la parenté à plaisanterie ; le respect des ainés…

Avec pour objectif principal de vendre la culture burkinabè, cet album selon Sébastien Bamou lead vocal du groupe, se veut une contribution à la cohésion sociale et à la recherche d'une paix durable. Certains textes dépeignent une société en crise et fragilisée par le terrorisme mais dont le remède réside selon lui, dans le dialogue, l'apaisement, la promotion des valeurs patriotiques, la plaisanterie, la thérapie du rire etc. Les chansons sonnent ainsi comme un appel à prioriser les intérêts de la nation au-dessus des intérêts personnels.

Enregistré entre Ouagadougou et Abidjan par des talentueux arrangeurs tels que Athanase Koudou Hamed Bakiono, Eliezer Oubda, l'opus comporte des titres tels que "Morale" ; "Côte d'Ivoire/Burkina" ; "Burkina yo" ; "Binonwa" ; "Génétique" ; "Tchumu" ; "Cocoroco" ; "Waribé" ; "On va gagner" ; "Labeliser"… 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir