Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

Alors que Ouagadougou célèbre le cinquantenaire du Festival panafricain du cinéma et de la télévision (Fespaco), le Bénin quant à lui pleure l’une des grandes figures de sa musique. En effet, le concepteur du Tchink système est décédé de diabète et  de maux pulmonaires ce mardi 26 février.

L’Initiative de financement innovant pour la culture (IFIC) et le Programme d’appui aux initiatives créatives et à la gouvernance de la culture ont été «officiellement» lancés le lundi 25 février 2019 à l’occasion du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).

«Tu es tout pour moi» est le premier album de l’artiste musicienne burkinabè Marie Christ en Elle. Christelle Claudia Rohoun Bakouan à l’état civil, l’artiste estime qu’il faut exprimer ouvertement notre amour au seigneur Jésus Christ. La cérémonie de dédicace de l’œuvre musicale a eu lieu le 23 février 2019 à Ouagadougou.

Mis sur les fonts baptismaux en 1969, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) a 50 ans. 50 ans de vie qui se célèbre à l’occasion de la 26e édition de la biennale qui a pour pays invité d’honneur cette année, le Rwanda. Attendu de tous les amateurs du cinéma, le clap d’ouverture a été donné par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré ce samedi 23 février 2019 au stade municipal de Ouagadougou.

188 délégations provenant des quatre coins du monde invitées par le gouvernement indien, ont assisté à l’édition 2019 du Kumbh Mela, le plus grand rassemblement religieux et humain au monde. Les différents participants étrangers, ont été reçus sur le site des rites par les principaux organisateurs de cette célébration qui se tient du 15 janvier au 4 mars 2019. Depuis 2017, l’événement est inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco.

La 26e édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco) se tient du 23 février au 2 mars 2019. En marge de cet important évènement qui célèbre le cinquantenaire du cinéma africain, le club RFI du Burkina a initié une formation en Mobil Journalisme afin de permettre à ses membres d’être «Pro actifs» dans le rendu des informations liées à la biennale du cinéma panafricain. Débutée le 20 février, cette formation a pris fin ce samedi 23 février, jour de la cérémonie d’ouverture du Fespaco. Pour Ben Adama Coulibaly, coordonnateur du Réseau des clubs RFI du Burkina, cette formation vise à permettre aux membres, de traiter «autrement» l'actualité du Fespaco.

Dans le cadre des activités entrant dans la célébration du cinquantenaire du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco), un hommage sera rendu le lundi 25 février prochain aux anciens du monde du cinéma et de la musique du Burkina Faso à travers une nuit dénommée «Nuit des anciens». L’annonce a été faite ce jeudi 21 février 2019 à Ouagadougou par les organisateurs qui sont des cinéastes.

«Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité», tel est le thème de la biennale du cinéma africain qui se tient du 23 au 3 mars 2019 à Ouagadougou. Directeur général du Fespaco depuis le 26 décembre 2014, Ardiouma Soma estime qu’il faut amener les professionnels, les gouvernants, les politiques et les partenaires à se pencher sur les aspects économiques du cinéma et de l’audiovisuel parce que pour lui, cet aspect est important pour l’avenir du cinéma africain. 

Le mythique groupe ivoirien Magic System sera la grande attraction de la 26ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). Outre Magic System, d’autres comédiens ivoiriens tels que Isaac de Bankolé et Sidiki Bakaba sont également annoncés pour la cérémonie d’ouverture le samedi 23 février prochain au stade municipal de Ouagadougou.

La cérémonie officielle d’ouverture du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) aura lieu le samedi 23 février 2019 au stade municipal. Afin de rendre mémorable cet évènement qui coïncide avec le cinquantenaire du cinéma africain, les petits plats sont mis dans les grands. Pour la cérémonie d’ouverture, la délégation algérienne a déployé un puissant matériel de sonorisation et de lumières en cours d’installation au stade municipal de Ouagadougou selon le site d’information infosciencesculture.net.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) fêtera ses 50 ans d’existence lors de sa 26e édition qui se tient du 23 février au 2 mars 2019. Placée sous le thème «Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité», cette édition est celle des nombreuses innovations que présente, le journaliste Yacouba Ouédraogo, le président du Comité national d’organisation, dans l’entretien qui suit.

Préoccupés par les questions du vivre ensemble, du bonheur de l’homme dans une société d’harmonie, Abdoulaye Dao et Hervé Eric Lengani ont souhaité réaliser un film qui parle de religion, de charité et de solidarité. Inspirée d’une histoire réelle, «Duga, les charognards» traite du discours inter-religieux, de la solidarité entre les hommes au-delà de la religion. Le film sera en lice pour le prix le plus convoité, l’Etalon d’or de Yennenga qui prime le meilleur film fiction en long métrage, avec deux autres longs métrages burkinabè.